Les débuts

Philippe Katerine est né le 8 décembre 1968 et est originaire de Chantonnay en Vendée, près de Nantes. A l'adolescence, il a monté des groupes sous influences anglo-saxonnes avec des amis, ne prenant jamais ça vraiment au sérieux. Un jour, il a acheté un magnétophone quatre pistes et ce fût pour lui une sorte de déclic. Parallèlement à sa vie professionnelle, il a commencé de composer ses chansons dans sa chambre, jusqu'au jour où ses proches l'ont poussé à aller plus loin. Katerine, est devenu projectionniste de cinéma rural itinérant, présentateur du journal à l a radio locale de Chantonnay, employé à l'abattoir de Saint-Fulgent, chez Citroën et même professeur de gymnastique dans un lycée agricole. En effet, il était très sportif et dans sa jeunesse, il est allé assez haut dans les compétitions de basket-ball en étant selectionné dans l'équipe départementale de Vendée. Son équipe était très soudée et Katerine avoue aujourd'hui regretter la complicité qu'il entretenait avec ses coéquipiers. Katerine a alors beaucoup évolué dans la région Nantaise et, en novembre 1991, il a sorti son premier album : " Les mariages chinois " qui sera suivi, un an plus tard d'une deuxième édition nommée " Les mariages chinois et la relecture", contenant un titre en plus. On pourrait croire que ces disques auraient apporté une sorte de satisfaction à Katerine, mais bien au contraire, leurs parutions n'ont fait qu'accroître le malaise de Philippe. En effet, à ce moment de sa vie, Katerine doute de lui, de sa musique. Il résume sa vie en " 23 ans d'échec " et dit franchement : " Je suis loin de vivre la vie dont je rêvais ". Il a continué à composer, rêvant sans doute d'une vie meilleure et, en 1994, il nous a livré " L'éducation anglaise ". Peut-être encore sous le choc de son interprétation vocale qu'il avait jugé d'échec sur son premier album, Katerine s'était mit volontairement en retrait faisant chanter sa soeur et sa compagne à sa place. " A ce moment là " disait-il, " ma voix ne me plaisait pas du tout et la réécouter m'était pénible ". Katerine commence à faire du bruit et l'on parle de plus en plus de lui, bien qu'il reste en marge de la musique commerciale. En 1995, Katerine s'est mis à travailler sur son troisième album. En un an, il a beaucoup évolué et mûri et pour ce disque, il s'est senti prêt à quitter sa chambre et à ne plus s'enfermer seul pour composer. Il s'est donc entouré de musiciens dont certains, comme Anthony Ka faisaient déjà partie des albums précédents. L'album est donc plus orchestré et Katerine s'est décidé à chanter lui-même ses chansons. Il dit qu'il trouvait ces chansons trop personnelles pour les abandonner à d'autres. L'album nommé "Mes mauvaises fréquentations" est sorti en 1996. La présence de nouveaux instruments et de nouvelles voix (Rachel Fandi, Valérie Leulliot) lui ont donné une fraîcheur qui nous ont fait découvrir un Katerine bien plus ouvert. Ce disque a rencontré un bon accueil de la part des critiques et du public. Katerine a alors enchaîné des tournées qui lui ont donné confiance. En 1997, Katerine a composé avec Simon Mary (qui était déja un des musiciens pour "Mes mauvaises fréquentations") un album pour deux chanteuses Anglaises, les soeurs winchester. Il a aussi participé à un disque nommé "Morceaux choisis". C'est lors de l'élaboration de ce disque que Philippe a rencontré les Recyclers.

Les créatures et l'homme à trois mains

Mais, Katerine a jugé que tout ces albums ne reflétaient pas complètement son état d'esprit. A partir de là, il s'est enfermé et a travaillé pour composer "L'homme à trois mains". Il a décidé d'enregistrer ce disque seul dans son appartement parisien, se retrouvant un peu dans la même situation que lors de la composition de ses deux premiers albums. Il en a découlé un album très personnel. Mais ce n'a pas été assez pour Katerine qui ne pouvait plus s'arrêter d'écrire. Il a enregistré un autre album en parallèle "Les Créatures", accompagné par "The Recyclers". Ces deux cd sont sortis ensemble en double album. Et là, la pochette a lancé le ton ! Cela a été une mise à nu pour Katerine qui s'est exposé de plus en plus. On l'a retrouvé à la télé, à la radio. Une cassette vidéo gratuite a étée distribué pour tout achat de l'un de ses cd, puis un vinyle de remix a été édité. Bref, Katerine s'est en quelque sorte offert aux médias. On aurait pu croire que Katerine avait enfin vaincu les démons qui le rongeaient depuis son adolescence, mais non ! Katerine doute encore et déclare : " En réalité, je ne trouve mon bonheur nulle part. Je me sens assez mal partout ".

Toujours en quête de rencontres et d'expériences musicales, Katerine a composé (fin 1999), un album pour son actrice préférée, Anna Karina nommé : "Une histoire d'amour". Après une tournée triomphale avec elle, il a joué dans "Nom de code: Sacha" un court-métrage de Thierry Jousse en compagnie de Margot Abascal. La bande originale de ce film est sorti sur le label rectangle. Puis, il a écrit les musiques de l'album "Azul" de sa compagne, Helena.

8ème Ciel

En Janvier 2002, Philippe est retourné en studio avec The recyclers pour l'enregistrement d'un nouvel album nommé "8ème ciel" qui est sorti au début du mois de Novembre 2002. Il en a donné quelques extraits en concert à L'Olympia le 11 Novembre. En même temps, Katerine a aussi écrit la musique du film "Un homme un vrai" des frères Larrieux. Après avoir donné une trentaine de concert pour sa tournée 2003, Katerine se lance dans une nouvelle aventure, la réalisation, avec un court métrage : "1 km à pied", et un long métrage, "Peau de cochon" qui peine au départ à trouver un distributeur. Entre-temps, le troisième disque d'Helena, co-écrit avec Katerine sort chez Tricatel. Le disque rencontre un bon accueil et Helena fait quelques dates, essentiellement Parisienne.

Louxor, 100% VIP, danse et cinéma.

2005 est une année riche pour Katerine : Le film Peau de cochon est distribué en salle par Malavida Films au mois d'avril, et surtout, le 7ème Album de Katerine nommé "Robots après tout" sort à la fin de l'année. S'en suit une tournée de plus de 60 dates en france et à l'étranger, et une promotion audiovisuelle impréssionante (Vivement dimanche, les victoires de la musique, La méthode Cauet, Tout le monde en parle, etc). L'album est salué par la critique et réalise de très bonnes ventes. Parallélement, Katerine deversifie encore son champ d'action en présentant "2008 Vallée" un spectacle chorégraphique, créé avec Mathilde Monnier autour des chansons de l'album Robots après tout.

S'en suit une tournée impréssionnante qui passe par le Zénith, l'Olympia qui sera immortalisé à la fin de l'année 2007 par la sortie d'un DVD nommé "Borderline Tour". Paralellement, sort un disque enregistré en condition live, en une journée par Katerine et la secte humaine. Puis, après avoir intensifié sa présence au cinéma (avec les frères Larrieux, ou Thierry Jousse), et fait un incursion dans la danse, Katerine investi un nouveau champ d'action avec la sortie de son "journal graphique "Doublez votre mémoire".

Durant toute l'année 2010, Philippe s'associe au groupe "Francis et ses peintres". ensemble, ils réalisent 52 reprises de la chanson française, et en mettent une par semaine en écoute gratuite sur le site katerinefrancisetsespeintres.com.

La banane

Fin 2010, Katerine sort "Philippe Katerine", son nouvel album. Le premier single "La banane" rencontre un très bon accueil.

Philippe part alors en tournée, accompagné sur scène de deux danseuses, pour la première fois. En 2011, Katerine, Francis et ses peintres sortent leur "52 reprises dans l'espace", en coffret 2 CD.