| 
Concert le 29/01/2003 à Orléans
Document sans nom

Get the Flash Player to see this player.

 

 


tour

 

 

 

Playlist :

01. Les grands restaurants
02. Le soleil suffit
03. Le jardin botanique
04. Ou je vais la nuit
05. La sainte Vierge
06. Elle a vu
07. (Présentation des musiciens)
08. Cervelle de singe
09. Mort à la poésie
10. Poulet n°728120
11. Le jardin métallique
12. Des étoiles
13. Jesus Christ mon amour
14. Inutile
15. 8ème ciel
16. Le bonheur
17. Gare Montparnasse
18. Barbecue à l'Elysée
19. Vacances à l'hopital
20. Derrière la porte
21. Wallis et Futuna


 

 

 

Un article de la presse régionale : "Au paradis sublime de Katerine "

La malice poétique, le regard éperdu et la voix mutine. Quatre cents spectateurs ont suivi le chanteur, mercredi soir, à l'Astrolab. « Si tu savais où je vais la nuit. » Philippe Katerine sait où il va et ses adeptes aussi. Ils n'étaient pas loin de 400, mercredi soir à l'Astrolab, pour refaire avec lui le chemin jusqu'à son 8° Ciel. Un tracé de charme ouvert par un Holden à la première partie certes délicate mais bien soporifique. Peu ou pas de relief pour un registre qui se conforte dans une intimité pas plus convaincue que convaincante. Même si le potentiel est bien réel. Philippe Katerine, lui, n'aura pas eu besoin de convaincre. Ses fidèles l'attendaient de pied ferme, sirotant une petite blonde en attendant l'entrée du dandy convoité. Ceinturon de cuir usé sur chemise sombre, la mèche rebelle et le regard clair, l'éternel jeune homme ouvre la porte de ses univers avec un plaisir tactile. Belle osmose avec des musiciens complices pour lancer le voyages initiatique. De grands palais, des océans disparus et les îles tortues. Petit détour pas le « jardin botanique », escale paisible au jardin des premiers albums, et retour au « huitième ciel », le petit dernier, pour décrocher la lune. Séducteur de l'âme, effronté mystique, poète intemporel.
Katerine a joué la carte du tendre et il a tout raflé.